Discours de Alissar Chaker pour le PROJET « APPUI A LA TARIFICATION DU CARBONE POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA NDC ET LA TRANSITION BAS CARBONE EN TUNISIE »

Atelier sur les simulations des émissions de GES dans le secteur de l’énergie aux horizons 2030 et 2050

Hotel Mövenpick Lac 1, 28 novembre 2 0 1 9

Talking points Représentante résidente adjointe - Alissar Chaker

 

·        Urgence de l’action climatique

 

Le groupe intergouvernemental des experts sur le climat (GIEC) alerte dans son dernier rapport sur les conséquences d’un réchauffement climatique de 1,5°C. Ce rapport propose de fixer un cap de neutralité carbone en 2050 comme condition pour limiter la hausse de la température à 1,5°C d’ici 2100.

 

 Les principales conclusions de ce rapport mettent en évidence la nécessité de réduire les émissions mondiales de gaz à effet de serre (GES) de 45% d’ici 2030. Il exhorte l’ensemble des pays à renforcer leurs ambitions climatiques.

 

Face à l’urgence climatique, les parties à la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC) sont appelées à réviser à la hausse les objectifs de réduction de GES.

 

Cette révision signifie l’amélioration de leur contribution nationale déterminée (CDN) mais aussi l’adoption des stratégies nationales bas carbone (SNBC) ambitieuses sur le long terme.

 

·        Sommet Action Climat

 

Le sommet Action Climat organisé le 23 septembre à New York par le secrétaire général des Nations Unies visait principalement à mobiliser les gouvernements, les premiers responsables de la finance, le milieu des affaires et les organisations non gouvernementales. L’objectif de ce sommet était d’encourager l’ensemble des acteurs étatiques et non étatiques à réduire drastiquement les émissions de gaz à effet de serre (GES).

 

Pendant de ce sommet 67 pays se sont engagés à rehausser le niveau d’ambition de leur objectif climat pour 2020.  Le sommet action climat a permis aussi le lancement de « l’alliance de l’ambition climatique » regroupant 66 pays, 10 régions, 102 villes et 93 entreprises unis pour atteindre l’objectif de neutralité carbone pour 2050.

 

Un consensus s’est dégagé du sommet Action Climat sur le besoin de retenir la tarification du carbone comme l’un des principaux leviers pour décarboner l’économie mondiale et atteindre les objectifs d’atténuation de l’accord de Paris.

 

 

·        Enjeux de la COP 25 :

 

Pour rappel, la COP 24 en Pologne a permis de finaliser une grande partie des directives de mise en œuvre de l’accord de Paris en parvenant à un accord sur les moyens de mesurer les performances de chaque pays en matière d’atténuation des émissions de GES.

Trois autres décisions nécessitent une adoption par la CCNUCC et représentent les principaux enjeux de la COP 25 :

 

1.     La finalisation des règles de mise en œuvre de l’article 6 de l’accord de Paris relatif au marché carbone ;

2.     Le relèvement de l’ambition climatique en vue de s’aligner sur une trajectoire de neutralité carbone en 2050 ;

3.     Un consensus sur les conclusions du rapport spécial du GIEC sur les conséquences d’un réchauffement climatique de 1,5°C.

 

·        Tarification du carbone

 

Le projet « Appui à la tarification carbone pour la mise en œuvre de la NDC et la transition bas carbone en Tunisie » réalisé conjointement par le PNUD et l’ANME dans le cadre de l’initiative de la Banque Mondiale « Partnership for Market Readiness » vise à accompagner la Tunisie dans la mise en place des instruments de tarification carbone en appui des politiques publiques de transition énergétique et d’atténuation.

 

Ce projet permettra le renforcement des capacités de l’ensemble des parties prenantes à travers le développement des instruments de tarification carbone dans trois secteurs prioritaires :

·      Le secteur de l’énergie à travers le Fonds de Transition Energétique (FTE),

·      Le secteur électrique

·      Et le secteur cimentier.

 

La réalisation de ce projet permettra aux différents acteurs sur le plan national de se positionner sur l’ensemble des aspects méthodologiques ayant trait à la tarification du carbone à savoir :

·      L’article 6 de l’accord de Paris qui représente une source potentielle additionnelle de financement des projets bas carbone ;

·      La mise en place d’un cadre de transparence pour le suivi de la NDC, la Stratégie Nationale Bas Carbone (SNBC) et le financement des projets d’atténuation ;

·      L’implication du secteur financier dans la mise en œuvre de la NDC et la SNBC ;

·      L’évaluation des impacts macroéconomiques des politiques de transition énergétique et d’atténuation de long terme ;

 

Le présent atelier est une occasion pour présenter le lien entre des travaux complémentaires en cours d’élaboration, notamment la stratégie bas carbone dans le secteur de l’énergie à l’horizon 2050 et la mise à jour de l’objectif du secteur de l’Energie aux horizons 2030 et 2050 ; tous deux représentants des résultats attendus importants pour l’accélération de la mise en œuvre de l’Accord de Paris ;

 

Nous sommes heureux d’annoncer aujourd’hui que le PNUD renforce son partenariat avec l’Agence Nationale pour la Maitrise de l’Energie en entamant ensemble un nouveau projet sur l’appui à l’accélération de la mise en œuvre de la NDC ainsi que la mise à jour de la NDC dans le secteur de l’énergie.

 

Je souhaite plein de succès à vos travaux et notre partenariat. 

Icon of SDG 13

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Tunisie 
Aller à PNUD Global