L’ACCÉLÉRATION DE LA MISE EN ŒUVRE DES PROJETS D’ENERGIES RENOUVELABLES

7 déc. 2017

 

Discours de M. Diego ZORRILLA

Coordinateur Résident du système des Nations Unies en Tunisie et Représentant Résident du PNUD

A la session d’ouverture officielle de la Conférence sur :

L’ACCÉLÉRATION DE LA MISE EN ŒUVRE DES PROJETS D’ENERGIES RENOUVELABLES

 (Hôtel Le Palace, Gammarth, 7 et 8 décembre 2017)

 

 

Excellence Monsieur le Chef du Gouvernement,

Excellence Monsieur le Ministre de l’Energie, des Mines et des Energies Renouvelables ;

Honorables Mesdames et Messieurs les Ministres, Secrétaires d’Etat et Ambassadeurs accrédités en Tunisie ;

Mesdames et Messieurs les Représentants d’organisations gouvernementales et d’agences de Coopération internationales et régionales ;

Mesdames et Messieurs, honorables invités ;

 

Je suis honoré de participer aujourd’hui, au nom du Programme des Nations Unies pour le Développement, à l’ouverture de cette conférence de haut-niveau sur l’accélération de la mise en œuvre des projets d’énergies renouvelables dans le cadre du Plan Solaire Tunisien.

C’est un sujet qui revêt une importance cruciale pour le développement économique et sociale de la Tunisie et pour le respect de son engagement dans la mise en œuvre de l’Accord de Paris et de l’Agenda 2030.

Je voudrais dans cette breve intervention souligner trois elements.

Le premier est que il n’y a pas d’alternative au developpement des energies renouvelables, et que ce developpement garantira la croissance soutenable et inclusive du pays.

 

En adoptant l’Accord de Paris, les Pays Parties à la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques ont mis l’accent sur l’importance de promouvoir l’accès universel à l’énergie durable en renforçant le déploiement des énergies renouvelables.  L’augmentation de la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique s’avère donc une nécessité économique, voire une obligation, pour répondre : d’une part à la demande grandissante d’énergie primaire ; et d’autre part à l’impératif de réduire les émissions de gaz à effet de serre.  Et ceci pour l’atteinte des objectifs de l’Accord de Paris, tout en contribuant à la croissance économique durable de ces pays.

Les objectifs de l’Accord de Paris vont de pair avec les objectifs de développement durable, notamment l’ODD 7 qui vise à garantir à l’horizon 2030 l’accès de tous à des services énergétiques fiables, durables et modernes, à un coût abordable.

En organisant cette consultation, le Gouvernement tunisien a aussi choisi de situer l’accélération des projets d’énergies renouvelables au cœur des préoccupations liées à la croissance et l’emploi.  Ce choix confirme l’importance que le Gouvernement accorde à assurer une croissance économique qui doit être durable et inclusive et qui doit se traduire dans une plus grande équité sociale.

 

Le deuxieme element que je voudrais souligner est l’engagement de la Tunisie pour le developpement des renouvelables.

 

En effet, la Tunisie s’est fixee des objectifs ambitieux dans sa Contribution Nationale Déterminée (NDC) dans le cadre de l’Accord de Paris : augmenter la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique pour la production d’électricité à 30% en 2030 et réduire l’intensité carbone du secteur de l’énergie à hauteur de 46% en 2030 (par rapport au niveau de 2010).  Ces objectifs ont été confirmés dans le cadre du Plan Quinquennal 2016-2020, qui prévoit un engagement financier de plus de 2,4 Milliards de USD pour le pilier de l’économie verte, dont près de 40% sont destinés aux énergies renouvelables.

La Tunisie dispose d’un plan solaire et a initié déjà plusieurs initiatives pour sa mise en œuvre.

 

Le troisieme et dernier point que je propose est centre sur les perspectives du Plan Solaire Tunisien.

 

Aujourd ‘hui, le constat objectif montre que, malgré tous les efforts déjà fournis, le rythme de réalisation du plan solaire tunisien reste en deçà des ambitions tracées.

Au-delà de la volonté politique clairement affichée, l’atteinte des objectifs proposés reste conditionnée à l’engagement rapide de réformes sur les plans réglementaire et incitatif pour créer l’environnement le plus propice qui boostera les investissements privés dans les projets d’énergies renouvelables et garantira la viabilité de ces projets.  L’atteinte de ces objectifs nécessite d’une planification rigoureuse, d’un cadre institutionnel et réglementaire adéquat et agile, de capacités techniques et technologiques affirmées et bien évidement de mécanismes de financement conséquents.

 

La conférence qui nous réunit aujourd’hui, sous la présidence de Monsieur le Chef du Gouvernement, que je remercie pour sa présence, et qui compte avec la participation des Ministres et de cette audience de haut niveau, confirme encore une fois la volonté du Gouvernement à renforcer ce choix stratégique et accélérer les chantiers des Energies Renouvelables.

La démarche participative proposée, impliquant l’ensemble des partenaires  - gouvernement, agences de développement, secteur privé et société civile -  nous semble la mieux indiquée.  Elle permettra de préciser les opportunités, d’identifier les goulots d’étranglements qui pourraient exister et de proposer les mesures concrètes pour passer à l’action rapidement.  La mise en place d’un dispositif de coordination adéquat permettra sans doute de faciliter les synergies et d’assurer une mise en œuvre cohérente du plan d’accélération que nous allons définir ensemble durant cette conférence.

 

Monsieur le Chef du Gouvernement, Mesdames et Messieurs les Ministres, Chers Partenaires,

 

Je voudrais vous réitérer la disposition du PNUD à renforcer davantage sa coopération avec tous les partenaires engagés dans la transition énergétique en Tunisie pour accélérer l’atteinte des objectifs nationaux en matière d’énergies renouvelables tel que définis dans le Plan Solaire Tunisien.

 

Je souhaite plein succès à vos travaux.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Tunisie 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe