Ilot d’intégrité : La Douane consolide son engagement et poursuit ses efforts

 

La Direction Générale des Douanes, en partenariat avec l’Instance Nationale de Lutte Contre la Corruption (INLUCC) et la Direction Générale de la Gouvernance à la Présidence du Gouvernement, ont organisé du 1er au 3 février, à Hammamet, un atelier relatif à l’ilot d’intégrité au sein de la Douane, portant sur la dissémination et finalisation des diagnostics et plans d’actions, et l’identification des indicateurs de suivi et d’évaluation des sites pilotes de l’ilot.

Cette rencontre s’inscrit dans la continuité des efforts engagés depuis décembre 2016 et visant l’opérationnalisation de la Stratégie Nationale de Bonne Gouvernance et de Lutte Contre la Corruption. Plus spécifiquement, elle s’inscrit dans la continuité du processus engagé par le programme de coopération PNUD-Tunisie : « Renforcement de la Gouvernance Démocratique et de la Redevabilité Publique en Tunisie », et appuyé par l’Agence de Coopération Sud-Coréenne (KOICA), et visant le renforcement de l’intégrité dans trois sites douaniers pilotes en vue de la mise en place d’ilots d’intégrité : le Bureau frontalier des douanes de Goulette Nord, qui a déjà avancé au niveau de la mise en œuvre de son plan d’action, le bureau frontalier des douanes de Ras Jedir et la Direction des Régimes Douaniers (DRD).

Améliorer et moderniser le cadre et outils de travail à Ras Jedir : une priorité stratégique pour renforcer l’intégrité

L’atelier de travail a permis d’exposer et de discuter le diagnostic des risques et des pratiques corruptives qui a été élaboré, ainsi que les mesures et procédures qui ont été proposées en vue de renforcer l’intégrité, et améliorer et moderniser le cadre de travail. Traduire les propositions en un plan d’action opérationnel avec une identification des indicateurs de suivi et d’évaluation était l’objectif principal de cet atelier.

L’atelier a réuni soixante (60) participants et participantes, représentant essentiellement les cadres de la douane ainsi que les partenaires et institutions engagés sur la thématique (ARP, INLUCC, Direction de la Gouvernance au sein de la Présidence du Gouvernement, Office de la Marine Marchande et des Ports, l’Office National des Postes Frontaliers Terrestres, le Ministère de l’Intérieur, le Ministère des Finances, la Chambre des Commissionnaires en Douane, etc..). Appuyés par une expertise nationale et internationale, ils ont participé à l’identification des actions concrètes permettant de renforcer l’intégrité, notamment à travers trois groupes de travail thématiques. Les échanges ont permis d’enrichir et prioriser les actions et mesures identifiées pour le site douanier de Ras Jédir, et de développer des indicateurs de suivi et d’évaluation. La prochaine étape consiste à la mise en place de ces actions, dont celles à impact rapide pouvant donner le sens du changement aux citoyens.

Selon le Colonel Major M. Tarek Kerkeni, Directeur Régional des douanes de Médenine et le colonel M. Anis Labiadh, chef du bureau douanier frontalier de Ras Jedir : « l’amélioration des aspects sécuritaires et du cadre de travail est une priorité stratégique absolue, prenant en considération la position du site. Il s’agit principalement de renforcer l’effectif, de renforcer ses capacités, ainsi que l’amélioration du système et des outils informatiques ».

Lors de la clôture des travaux de l’atelier, M. Youssef Zouaghi, Directeur Générale des Douanes a rappelé que la douane s’est engagée de manière spontanée et volontaire dans les efforts de la Stratégie Nationale de Bonne Gouvernance et de Lutte Contre la Corruption. Il a réitéré « l'engagement ferme de la douane à travailler dans la continuité et à appuyer les efforts déployés dans le cadre du projet, en collaboration avec les partenaires », ajoutant qu’il « faut consolider les résultats atteints et

poursuivre les efforts visant à améliorer le cadre de travail et à renforcer l’intégrité au niveau de trois sites douaniers pilotes » a- t-il ajouté.

De son côté, M. Chawki Tabib, Président de l’Instance Nationale de Lutte Contre la Corruption a félicité les participants pour leur engagement et les douaniers qui se distinguent par leur forte implication dans la mise en œuvre de l’ilot d’intégrité. Le Président de l’INLUCC a salué les progrès réalisés en matière de renforcement de l'intégrité sur le premier site de l’ilot. : « En matière de lutte contre la corruption, nous œuvrons à montrer que le changement est possible, les actions en cours et réalisées dans le secteur de la douane le prouvent » a-t-il déclaré, ajoutant qu’il «reste convaincu que la Tunisie gagnera sa bataille contre la corruption car il s’agit d’une forte volonté nationale à toutes les échelles, dont l’administration » .

 

« Les services de la Gouvernance auprès de la Présidence du Gouvernement s'engagent également à continuer à appuyer le projet dont les résultats commencent à être tangibles et perceptibles par les citoyens », a également affirmé M. Habib Koubaa, Directeur Général des services de la Gouvernance, insistant sur la mobilisation et la coordination des divers acteurs nationaux pour la mise en œuvre dans la Stratégie Nationale de Bonne Gouvernance et Lutte Contre la Corruption.

Pour sa part, M. El KEBIR Alaoui, Représentant Résident Adjoint du PNUD a considéré que « l’investissement dans l’intégrité est un investissement à gain garanti » et a rappelé « l’importance des plans sectoriels pour créer les changements sur le terrain ». Il a déclaré que « les îlots d’Intégrité présentent une démarche pragmatique et innovante qui montre que des changements sont possibles, surtout que les diagnostics et les plans d’actions émanent des acteurs et praticiens du le terrain. Il a réaffirmé que « le PNUD continuera à appuyer les efforts de ses partenaires nationaux engagés dans ce sens et à renforcer ses partenariats pour la généralisation des ilots d’intégrité à d’autres secteurs et sites pilotes».

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Tunisie 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe