Protéger les dénonciateurs et les lanceurs d’alerte, un pas de géant dans la lutte contre la corruption

23 août 2017

L’Instance de Lutte Contre la Corruption (INLUCC) organise un atelier de vulgarisation et de concertation autour du cadre juridique de la protection des dénonciateurs et des lanceurs d’alerte qui va permettre de un discussion autour du contenu de la loi du 7 mars 2017 sur la protection des lanceurs d’alerte et d’examiner des cas de dénonciation reçus par l’INLUCC afin d’en tirer les leçons apprises. Cet atelier va également permettre de discuter des propositions de textes d’application de cette loi.

A l’occasion de l’ouverture de cet atelier, M. Chawki Tabib, Président de l’Instance Nationale de lutte Contre la Corruption s’est félicité de l’adhésion des partenaires et de la société civile dans la démarche adoptée en matière de lutte contre la corruption et a rappelé l’importance d’un cadre juridique solide et applicable permettant de protéger de manière concrète les dénonciateurs et les lanceurs d’alerte.

M. Hédi Mekni, Secrétaire Général du Gouvernement a insisté sur la nécessité d’accompagner le cadre juridique des textes d’application qui émanent d’une concertation effective afin de mettre en œuvre et de consolider les engagements du gouvernement dans la guerre déclarée contre la corruption.

Pour sa part, M. Diego Zorrilla, Coordonnateur du Système des Nations Unies a rappelé l’engagement du Système des Nations Unies à accompagner la Tunisie dans sa guerre contre la corruption, une guerre essentielle qui va lui permettre d’atteindre les Objectifs de Développement Durable à l’horizon 2030. Il a également félicité la Tunisie d’être l’un des rares pays arabe à se doter d’une loi assurant la protection juridique des lanceurs d’alerte.

Cet atelier est réalisé avec l’appui du Programme des Nations Unies pour le développement dans le cadre du programme de Renforcement de la redevabilité publique en Tunisie, mis en place avec l’appui de l’Agence Coréenne de la Coopération Internationale (KOICA).

 

 

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Tunisie 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe