La « Déclaration de Tozeur » réaffirme l’engagement de la Tunisie pour l’ODD 8

12 juil. 2017

Dans l’une des villes phares du Sud Tunisien, Tozeur, abritant l'une des oasis situées aux portes du désert du Sahara, s’est tenue la célébration, pour la première fois, de la journée internationale des microentreprises et des petites et moyennes entreprises (MPME) (27 juin), nouvellement instituée par la résolution 71/279 adoptée par l’Assemblée générale du 6 avril 2017, et organisée par le Ministère de la formation professionnelle et de l’emploi.

Sous le patronage de Mme Saida Ounissi, Secrétaire d’Etat à la formation professionnelle et à l’entrepreneuriat, et en parfait adossement à la stratégie nationale de l’entrepreneuriat, validée par le gouvernement tunisien et sous son lead, cette célébration s’est inscrite sous un double prisme hautement symbolique en évoquant la question de l’accès au financement des petites entreprises, mais aussi en organisant l’évènement dans l’une des villes des plus enclavées et où le tissu économique est des plus fragiles.

Parvenant à mobiliser un partenariat solide pour la mise en œuvre de la stratégie nationale de l’entrepreneuriat avec l’ensemble des organismes de coopération internationale technique, et au premier rang desquels le Programme des Nations Unies pour le développement entend contribuer à l’effort de sa mise en œuvre notamment dans le Sud Tunisien, le Secrétariat d’Etat a scellé un premier partenariat, au cours de cette conférence aux côtés du PNUD, avec la Banque Africaine de Développement (BAD), l’institution de microfinance Zitouna Tamkeen, la Banque Tunisienne de Solidarité (BTS) et la Confédération des Entreprises Citoyennes de Tunisie -(CONECT), afin de proposer une concertation public-privé et société civile pour cette conférence intitulée « le financement de la petite entreprise : levier du développement local durable ».

Avec une adhésion record de plus de 150 participants et participantes, à travers la mobilisation du projet « Renforcement de l’écosystème entrepreneurial dans le Sud Tunisien -REES », dans le cadre duquel a été proposé l’appui du PNUD au Secrétariat d’Etat, et ses partenaires de l’Office de Développement du Sud (ODS), l’Agence Nationale pour l’Emploi et le Travail Indépendant (ANETI), la Banque Tunisienne de Solidarité (BTS), et avec l’appui du gouvernement du Japon, la conférence internationale a permis de rassembler les acteurs de référence des services d’appui, des institutions de financement, des administrations sectorielles, le secteur privé et les jeunes entrepreneurs –hommes et femmes-, les organisations professionnelles et de la société civile, dont les organisations de jeunes, les représentants des agences de coopération internationale et les ONG internationales, au niveau central, mais surtout au niveau des gouvernorats de Médenine, Tataouine, Kebili et Tozeur, zones d’intervention du projet REES.

Avec le mot de bienvenu du Gouverneur de Tozeur, insistant sur l’importance que cette question soit débattue dans les régions les plus défavorisées et l’allocution du Représentant Résident Adjoint du PNUD réitérant l’engagement du Programme et des institutions UN en faveur de la Tunisie, la conférence a été ouverte par la Secrétaire d’Etat qui a invité les participants à un débat franc et des recommandations précises quant aux réformes institutionnelles et législatives, aux mécanismes et processus à mettre en place et les engagements des décideurs à activer.

La conférence a permis, tout d’abord, de faire bénéficier l’ensemble des participants et participantes d’un nombre très important d’interventions de grande qualité se résumant autour de trois thématiques sous le grand titre d’amélioration de l’accès au financement des EMPME. Le premier panel, présidé par Mme Boutheina Ben Yaghlane, la Directrice Générale de la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC), a exposé « les orientations stratégiques régionales et nationales en faveur de la petite entreprise ». Ainsi, à travers justement l’exposition des nouveaux investissements de la CDC (crédit bureau, banques avec focus régional, le renforcement des capitaux des SICARS régionales, l’investissement dans les technopôles, etc.), mais aussi les clarifications apportées par le représentant du Ministère des Finances sur les réformes en cours en faveur du financement de la PME en général et de la petite entreprise en particulier, une image sur les projections nationales a été apportée. Le panel a permis d’exposer les orientations actuelles au niveau régional et mondial à travers les interventions de représentants de VISA international, à propos de l’inclusion financière des MPME, de International Finance Corporation sur l’amélioration de l’accès au financement, du Islamic Financial Institutions -ICD- Groupe Banque Islamique de Développement sur l’apport de la finance islamique, et enfin, une intervention enregistrée de Bpifrance afin de présenter ce nouveau modèle institutionnel français d’appui aux entreprises de la plus petite taille aux plus grandes.

Sous la présidence de M. Mustapha Wadder, Directeur Général de l’ANETI, Le deuxième panel a permis de lancer le débat sur « Etat des lieux des mécanismes de financement de la petite entreprise en Tunisie et attentes de la Petite Entreprise », en exposant les nouveaux mécanismes de financement de la petite entreprise promus par le Ministère de la formation professionnelle et de l’emploi, à travers l’ANETI, et l’état des lieux du financement de la BTS en faveur de la petite entreprise et les axes d’amélioration. De plus, le même panel a permis d’exposer les études récentes en la matière, à travers un exposé de l’Institut Tunisien de la compétitivité et des études quantitatives (ITCEQ) et de la CONECT, sur la santé de la PME avec un travail de synthèse et de focus sur le sud tunisien et un retour sur une étude dédiée à l’accès au financement de cette même catégorie d’entreprise. Enfin, le panel a permis aux deux partenaires investis aux côtés du Secrétariat d’Etat pour l’appui à la stratégie, la BAD et le PNUD, de présenter les leçons apprises et bonnes pratiques des programmes d’appui à l’entrepreneuriat et les petites entreprises.

Le troisième panel, sous le titre de « Bonnes pratiques et pistes d’innovation pour une meilleure offre de financement ou d’inclusion financière en faveur de la petite entreprise », et présidée par le représentant du Directeur Général de l’Office de Développement du Sud, a permis d’exposer les innovations et les meilleures pratiques identifiées à l’échelle régionale, avec notamment l’expérience marocaine dans la mise en place d’un dispositif efficace de la garantie, grâce à la participation de la Caisse Centrale de Garantie, L’approche filière et la capacitation économique de Zitouna Tamkeen, l’accompagnement des Petites Entreprises et amélioration des moyens de paiement et renforcement de l’inclusion financière à travers les programmes de la Poste Tunisienne, ou encore le nouveau dispositif d’Attijari Bank pour le financement de la TPE. Le même panel a permis de revenir sur les expériences et bonnes pratiques des ONG internationales, avec l’exposé des plateformes développées par Mercy Corps et les bonnes pratiques en matière d’inclusion financière des femmes entrepreneures par CAWTAR. Enfin, ce dernier panel a mis à la disposition des participants et participantes deux supports vidéos qui seront mis en ligne sur www.journeempme.com qui reviennent sur l’offre du Credit Bureau Mitigan, nouvellement créée en Tunisie, et les pistes d'innovation dans le cadre de la stratégie nationale d'inclusion financière sous le lead du Ministère des finances.

La clôture de la première journée de la conférence a permis d’aboutir à une déclaration de synthèse et d’engagement intégrant les différentes recommandations émises par les panelistes, qui sont venues alimenter la concertation qui a été entamée lors des travaux d’élaboration de la stratégie nationale de l’entrepreneuriat, mais aussi la 1ère réunion restreinte du 4 juillet des co-organisateurs de la conférence au sein du Ministère de la formation professionnelle et de l’emploi sous la présidence de Mme la Secrétaire d’Etat et la participation de la Directrice Générale de la CDC et du Président Directeur Général de la Poste, et la 2ème réunion de préparation du 10 juillet entre co-organisateurs et panelistes.

L’ayant proclamée « La Déclaration de Tozeur », la Secrétaire d’Etat à la formation professionnelle et l’entrepreneuriat a rappelé que les microentreprises, petites et moyennes entreprises constituent le premier maillon de la chaîne de développement économique en Tunisie, représentant un fort potentiel pour la promotion de l’emploi et un vecteur de résilience important et de contribution au développement durable.

La « Déclaration de Tozeur » a acté la nécessité d’une évaluation et des ajustements afin de lever les obstacles majeurs au développement des MPME, particulièrement liés au déficit d’accès au financement, à l’inclusion financière limitée, au faible recours aux mécanismes de garanties disponibles, au coût du crédit élevé et à l’importante disparité entre les régions et selon le genre.

Au-delà du plan de recommandation reprenant les sous-axes de l’axe financement de la stratégie nationale, la Déclaration de Tozeur a réaffirmé l’engagement du gouvernement tunisien à inscrire ces efforts dans l’effort global pour la mise en œuvre de l’agenda 2030, en mettant l’accent sur l’Objectif de Développement Durable 8 ainsi que ses interactions avec les autres objectifs pour « Promouvoir une croissance économique soutenue, partagée et durable, le plein emploi productif et un travail décent pour tous ». Une attention particulière sera accordée à la cible ODD 8.3 pour « Promouvoir des politiques axées sur le développement qui favorisent les activités productives, la création d’emplois décents, l’entrepreneuriat, la créativité et l’innovation, stimulent la croissance des microentreprises et des petites et moyennes entreprises, et facilitent leur intégration dans le secteur formel y compris par l’accès aux services financiers ».

Les éléments de la « Déclaration de Tozeur » ont été repris le lendemain, le 12 juillet, lors des trois ateliers dédiés aux thématiques (i) des mécanismes de coordination, (ii) de la diversification des sources de financement et d’innovation des instruments de financement et (iii) de l’orientation du financement et de l’appui vers les créneaux porteurs et l’approche filière. Sous la présidence du représentant de la CONECT, une première restitution a été réalisée tout en évoquant qu’un rapport détaillé sera élaboré par l’expert mobilisé par le projet du PNUD, reprenant l’ensemble des recommandations et qui sera soumis à validation à toutes les parties prenantes. Ce même effort sera accompagné d’un travail engagé auprès du Secrétariat d’Etat pour l’affinement et la définition des cibles de la stratégie nationale de l’entrepreneuriat, comme d’autres travaux engagés sur la mise en place d’une plateforme collaborative multi-acteurs pour la facilitation de l’appui aux entrepreneurs.

En donnant le mot de la fin, Mme Boutheina Ben Yaghlane a remercié tous les participants et toutes les participantes pour la qualité du débat, comme pour le fort engagement à faire réussir cette conférence, mais surtout les futures étapes de concrétisation du plan d’action, en insistant sur son entière disposition comme celle de ses équipes et partenaires institutionnels pour faciliter les étapes futures.

 

 

 

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Tunisie 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe