Lutter contre les Vulnérabilités et les Risques liés aux Changements Climatiques dans les Zones Côtières Vulnérables de la Tunisie

Contexte général

UNDP_TUN_SCCF1Borj El Gastil (Jerba)

La région côtière constitue l’épine dorsale de l’économie de la Tunisie avec d’importantes activités touristiques, industrielles, agricoles, halieutiques et portuaires. Les changements climatiques et le développement des activités anthropiques augmentent la vulnérabilité de la zone côtière en raison des impacts associés sur l’agriculture, sur la qualité de l’eau et sur les services fournis par les écosystèmes côtiers. Les phénomènes d’érosion des plages, de la salinisation des terres agricoles et des inondations des zones humides basses littorales seront exacerbés par les changements climatiques prévus.

Actuellement, le cadre institutionnel de la gestion du littoral en Tunisie ne prend pas en compte les projections des scénarios des changements climatiques. Les coûts et les avantages de l’adaptation des zones côtières tunisiennes aux changements climatiques sont mal évalués et peu pris en compte dans la plupart des politiques d’investissement actuelles. L’ensemble de ces constats compromet le développement durable dans la zone côtière à l’heure actuelle

Approche et objectifs

Des plages ayant conservé un cachet naturel ou très proche du naturel se rencontrent même dans des parties du littoral connues pour leur forte pression touristique (la racine de la flèche de Rass Errmal à Jerba)

 

Le présent projet propose une approche et une démarche, permettant de contribuer à intégrer la prise en compte du risque des changements climatiques au niveau des programmes et des stratégies de développement. Les secteurs public et privé seront des catalyseurs importants pour les interventions d’adaptation et de surveillance de la zone côtière.  Il s’agit donc d’adopter un ensemble d'instruments juridiques, intentionnels et économiques pour orienter l’approche de gestion du littoral vers la prise en compte du risque aux changements climatiques.

Plus précisément, le projet propose :

• La mise à jour des cadres réglementaires et législatifs pour réduire les impacts des effets des CC sur le développement côtier et rendre l'infrastructure existante plus résiliente.

• L'application de mesures souples et innovantes de réduction des risques liés aux CC et les meilleures pratiques pour la gestion de l'eau en adéquation avec la Gestion Intégrée des Zones Côtières ;

• La mise à disposition d’une meilleure information sur le climat pour la surveillance des risques côtiers, le système d'alerte précoce et la planification d’un développement résilient au climat;

• La mobilisation de fonds publics et privés pour financer des projets d'adaptation côtiers au niveau national et local;

• L’introduction des méthodes de transfert de risque auprès des secteurs public et privé.

Dans cette perspective, la chaine des résultats du projet s’articule autour d’un effet et trois produits :

Effet :  des stratégies d'adaptation innovantes, des technologies et des options de financement pour répondre aux risques supplémentaires posés par les changements climatiques sur les populations et les principaux secteurs socio-économiques dans les zones côtières les plus vulnérables de la Tunisie sont promus.

Produit1 :la capacité institutionnelle de planification et de réponse à l’accroissement des risques dus aux changements climatiques dans les zones côtières est améliorée.

Produit2 :la résilience des zones côtières prioritaires aux changements climatiques grâce à la mise en œuvre et à la diffusion des mesures novatrices de réduction des risques est améliorée.

Produit3 :des instruments économiques et financiers novateurs et durables pour accélérer l’adoption des mesures d’adaptation côtières sont établis.

Résultats



Une contribution principalement féminine

 

La capacité institutionnelle pour planifier et pour répondre à l’accroissement des risques dus aux CC dans les zones côtières est améliorée

• Une proposition juridique structurée et justifiée est faite pour intégrer le risque climatique dans des documents stratégique de planification tel que les Codes provisoires de l’Environnement et de l’Aménagement du Territoire et de l’Urbanisme.

• Le Système d’information et d’aide à la décision au niveau de l’observatoire du littoral a été renforcé avec des moyens matériels et logiciels (3 marégraphes, une bouée et un logiciel de modélisation Mike 22 pour encourager la collaboration et la coopération avec les institutions publiques utilisatrices et productrices des données (INSM, SHOMN, DGSAM, INM, CNCT, DGRE etc…). Ceci permettra d’opérationnaliser le réseau de suivi et de surveillance et d’alimenter les modèles de risque de submersion, d’érosion et d'inondations liés aux impacts des CC avec des données fiables.

• Installation des trois marégraphes pour renforcer la base de données  de prévision des conditions extrêmes.

• Mise à l’eau de la bouée à Djerba.

Intégration du genre

Une expertise a été menée par le projet pour le diagnostic socioéconomique au niveau des sites du projet et pour l’intégration de l’approche genre dans les composantes du projet. 

Au total 240 personnes ont été enquêtées dont 70% femmes et 30% hommes au niveau du site de Ghar el Melh Sidi Ali El Mekki et 240 personnes ont été enquêtés de façon équi-proportionnelle (50% femmes et 50% hommes) à Djerba.

Bonnes pratiques et stratégie de communication

• Un Atlas de la vulnérabilité du littoral a été préparé montrant ainsi la grande vulnérabilité côtière de la Tunisie. Ainsi, l’Atlas a montré que 116 130 hectares des terres sur la côté sont submersibles et que 44% des côtes sont vulnérables à fortement vulnérables.

• Un livret portant sur «Chiffres –clés du Littoral de la Tunisie dans un contexte de CC » a été élaboré et édité;

•Une exposition photos a été organisée pour mettre l’accent sur les paysages du littoral et leur grade vulnérabilité face au CC à l’occasion des 20 ans de l’APAL.

• Un film documentaire sur la résilience côtière aux changements climatiques projeté lors de la COP 22.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Tunisie 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe