6 Améliorer la santé maternelle

Où en sommes-nous ?


L’accès à la santé maternelle et reproductive est un des OMD qui accuse le plus grand retard au niveau mondial. Deux cibles sont visées par l’objectif : Réduire de trois quarts, entre 1990 et 2015, le taux de mortalité maternelle et rendre l’accès à la médecine procréative universel d’ici à 2015.

En 2013, les principales tendances mondiales sont :

En Asie de l’est, en Afrique du nord et en Asie du sud, la mortalité maternelle a diminué d’environ deux tiers.

La moitié seulement des femmes enceintes dans les régions en développement reçoit le minimum recommandé de quatre visites pour des soins prénatals.

Dans le monde, environ 140 millions de femmes mariées ou en union affirment qu’elles souhaiteraient retarder ou éviter une grossesse, mais qu’elles n’ont pas recours à la contraception.

 

Les progrès de la Tunisie vers l’OMD 5


 

 

 

 

 

 

Dans sa politique de développement, la Tunisie a accordé une attention particulière au secteur de la santé et à l’amélioration de la santé de la population. Des progrès remarquables ont été réalisés notamment en matière de couverture par les consultations prénuptiales, la surveillance prénatale, d’accouchements en milieu assisté et le suivi postnatal. L’enquête nationale sur la santé et le bien-être de la mère et de l’enfant (ENSM) réalisée en 2000 par le Ministère de la Santé Publique, avec l’appui de l’UNICEF a fait ressortir les résultats suivants :

89.3% des femmes ont accouché en milieu assisté contre 80.1% en 1995 et 71.3% en 1989 ;

91.5% des femmes ont effectué au moins une consultation prénatale (58% en 1988) et 57% ont effectué quatre consultations et plus (28.3% en 1989);

59.3% des femmes ont effectué au moins une consultation post-natale (25% en 1994) et 20.6% ont effectué les deux consultations du 8ème et du 40ème jours.

1.28 années
d'ici
à 2015

1990 2015
Cibles
  1. Réduire de trois quarts, entre 1990 et 2015, le taux de mortalité maternelle
    • La plupart des décès maternels pourraient être évités.
    • Donner naissance est particulièrement risqué en Asie du Sud et en Afrique subsaharienne, où la plupart des femmes accouchent en l’absence de personnel qualifié.
    • L’écart urbain-rural s’est rétréci, en ce qui concerne la présence de personnel qualifié pendant l’accouchement.
  2. Rendre l’accès à la médecine procréative universel d’ici à 2015
    • Un nombre plus grand de femmes bénéficient de soins prénatals.
    • Il y a des inégalités flagrantes en ce qui concerne les soins pendant la grossesse.
    • Dans les régions en développement, une femme sur trois seulement reçoit les soins recommandés pendant la grossesse.
    • La réduction du nombre de grossesses chez les adolescentes est au point mort, ce qui met plus de jeunes mères en danger.
    • La pauvreté et le manque d’éducation perpétuent les taux élevés de naissances chez les adolescentes.
    • Le progrès dans le recours à la contraception chez les femmes ont ralenti.