6 Promouvoir l’égalité des sexes

Où en sommes-nous ?


L’égalité des sexes est au centre de la réalisation des OMD. Les écarts entre les sexes ont diminué en ce qui concerne l’accès à l’éducation, mais les disparités restent importantes au niveau universitaire, en ce qui concerne les emplois rémunérés. Cependant, les femmes acquièrent lentement le pouvoir politique, en grande partie grâce à des quotas et des mesures particulières. La cible de l’OMD 3 est l’élimination des disparités entre les sexes dans les enseignements primaire et secondaire d’ici à 2005 si possible, et à tous les niveaux de l’enseignement en 2015 au plus tard.

En 2013, les principales tendances mondiales sont :

L’égalité des sexes est encore plus près d’être réalisée au niveau de l’enseignement primaire; cependant seulement 2 pays sur 130 ont atteint cette cible à tous les niveaux d’éducation.

Au plan mondial, 40 emplois salariés sur 100 dans le secteur non agricole sont détenus par des femmes.

Au 31 janvier 2013, la représentation parlementaire moyenne des femmes était un peu au-dessus de 20 % dans le monde.

 

Les progrès de la Tunisie vers l’OMD 3


 

 

 

 

 

La législation tunisienne a, depuis l'indépendance, aidé à la promotion de la femme et la pérennisation et l'irréversibilité des droits qui lui ont été octroyés. Divers amendements ont été apportés, en premier lieu, au code du statut personnel, promulgué en 1956 et modifié en 1993 ainsi qu'aux autres codes jugés fondamentaux dans l'institution et l'ancrage de l'égalité entre les sexes ; il s'agit essentiellement du code de la nationalité, du code du travail et du code pénal. Les amendements ont concerné également la législation se rapportant au domaine des transactions sociales, civiles et économiques. Les plus récents de ces amendements portent sur la communauté des biens au niveau du couple et l'abrogation de toute discrimination à l'encontre de la femme dans le domaine des engagements et des contrats.

1.28 années
d'ici
à 2015

1990 2015
Cibles
  1. Éliminer les disparités entre les sexes dans les enseignements primaire et secondaire d’ici à 2005, si possible, et à tous les niveaux de l’enseignement en 2015 au plus tard
    • Dans certaines régions, le droit à l’éducation reste hors de portée.
    • La pauvreté est un obstacle majeur à l’éducation, surtout parmi les fi lles plus âgées.
    • Dans toutes les régions en développement, CEI exceptée, les hommes sont plus nombreux que les femmes à avoir un emploi rémunéré.
    • Les femmes sont largement reléguées dans des formes d’emploi plus précaires.
    • Les femmes sont surreprésentées dans le secteur informel, avec son absence de sécurité et d’avantages sociaux.
    • Les emplois de haut niveau sont encore majoritairement réservés aux hommes.